top of page

RENCONTRE AVEC NATHALIE ALVERGNAT, Architecte passionnée et Maître d'œuvre de "L'Écrin de Marlène"


De parents professeurs, Nathalie Alvergnat est née à Ghardaïa en Algérie. Elle a passé toute son enfance à l’étranger (Algérie, le Maroc, la Russie, l’Inde, l’Iran, l’Afghanistan, le Pakistan, l’Italie…)

C’est lors de ses nombreux séjours qu’elle a découvert une architecture diversifiée mais toujours en lien avec l’humain.


De retour en France, elle s’oriente tout naturellement vers des études d’architecte. À peine diplômée de l’École d’Architecture de Versailles en 1994, elle travaille dans le cabinet parisien Reichen et Roberts. Puis en 1996, elle fonde avec son frère Raphaël, également diplômé de l’École d’Architecture de Versailles, l'AGENCE ALVERGNAT.


Nathalie, quelle est la philosophie de votre agence ?

Aujourd’hui, l’agence compte 11 personnes. J’attache une grande importance à mon équipe, nous sommes une entreprise très familiale. Nous passons beaucoup de temps de notre vie au travail et pour moi il est essentiel de s’y sentir bien. Lorsqu’une équipe est soudée, on ne peut générer que du positif. Tout seul on ne sait pas faire grand-chose !

Mon expérience des voyages m’a permis d’acquérir une grande ouverture d’esprit, d’apprendre l’entraide, la solidarité. Nous travaillons réellement ensemble !


Que peut-on dévoiler aujourd’hui sur "L’Écrin de Marlène" ?

Nous sommes en train de travailler à des propositions mais l’idée c’est d’avoir un lieu très convivial et attachant.

L’ensemble de l’espace doit être réhabilité. Il existe un escalier classé par les bâtiments de France qui est aujourd’hui habillé par des murs. Nous souhaitons lui rendre sa nature d’origine et le remettre en valeur, le transformer en sculpture intérieure, qu’il devienne une véritable œuvre d’art. Cet escalier pourrait devenir une pièce maîtresse du lieu, avec peut-être un bar autour qui permettrait de rapprocher les gens.

Quand vous allez manger dans un restaurant, il me semble essentiel que l’on vous propose plusieurs ambiances, être aussi bien au bar, ou autour d’une table basse dans des fauteuils ou encore dans un coin assis sur une banquette. Il s’agit de créer des espaces différents, intimes qui donnent l’impression que vous n’êtes pas toujours au même endroit.

L’aménagement intérieur sera primordial pour le bien-être des clients. Nous souhaitons marier le végétal au mobilier. La lumière tiendra un rôle majeur, nous allons jouer avec les murs, les plafonds et l’escalier pour donner une dimension particulière à l’espace.


Vous insistez beaucoup sur la poétique du lieu, ça veut dire quoi ?

Je suis très attachée aux détails. Plus on est perfectionniste, plus on travaille dans le détail, meilleur sera le projet. Je trouve que c’est indispensable de se sentir bien, apaisé dans un espace.

L’expérience sensorielle varie selon le lieu dans lequel vous êtes, vous ressentez différentes émotions et votre imaginaire est marqué par certains éléments qui diffèrent d’une personne à l’autre. Ça vous rappelle des souvenirs, ça peut vous évoquer de la peinture, de la musique. L’important, c’est que vous puissiez voyager …


Le verre aura-t-il une place importante dans ce projet ?

Peut-être (sourires), c’est évident, j’aime particulièrement le verre qui est d’une richesse infinie. Depuis une vingtaine d’années, nous travaillons régulièrement avec les maîtres verriers Perrin et Perrin qui proposent un véritable art poétique autour de ce matériau.

Le verre travaillé, le verre transformé, les miroirs, les jeux de lumière, les transparences, les reflets. Oui je pense qu’il y en aura…


Ne pas être élitiste

J’associe souvent des artistes d’univers variés aux projets. J’aime penser que l’art n’est pas élitiste, qu’il n’est pas destiné à une seule catégorie de personnes, qu’il est accessible à tous.


Ce lieu emblématique dans Vichy : "Le Fer à cheval"

Le projet de la ville de Vichy avec l’aménagement du parc est magnifique. Le « Fer à Cheval » est vraiment un très bel endroit.

D’avoir tous ces commerces complémentaires va permettre de faire revivre ce secteur.

Et donner une réelle et nouvelle dynamique.


Si l’écrin de Marlène était un matériau ?

Je dirais de la soie pour sa douceur, sa brillance et son éclat.


À suivre…



Voir le site de l'Agence Alvergnat : ICI



Posts récents

Voir tout

Σχόλια


bottom of page